Beaux

Forum des Beaux
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenrir
Lâche Vache
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   Lun 28 Jan - 1:31

Il y avait une telle foulle dans cette section, que Fenrir dut jouer des coudes. Il parvint enfin grâce à des efforts herculéens à se hisser jusqu'à un point culminant, d'où sa voix pourrait porter.


C’est l’histoire d’une femme amoureuse d’un homme. Amoureuse, elle pense à lui souvent, pour enduire un sombre évènement d’une couche de bonheur, ou simplement parce qu’elle n’a rien à penser.
Son homme, elle ne l’a jamais vu, mais moult fois imaginé, jamais rêvé, plutôt médité. Cette femme sait qu’il est absent de la réalité collective. Il est également absent de son histoire.
Pourtant, elle l’aime. Pourquoi ? Parce qu’il est, et il est pour cette unique raison.
Ces deux entités sont intrinsèquement liées par l’amour. L’influence mutuelle est là, l’unité est proche.
En effet, il la rend heureuse. L’aura bénéfique qu’il émane varie en fonction de la nature et de l’intensité de l’émotion de la femme.
Elle l’aime, parce qu’elle n’a trouvé nul part l’amour sur Terre, et qu’elle se sent mourir sans cela. Profitant se son statut d’homo sapiens sapiens, elle l’a créé.


Ailleurs, un homme est dans la même situation.
Il décide d’écrire à celle qu’il aime.

A toi ma bien aimée, créature libre de chaque instant
Ton créateur t’apostrophe, niant l’espace et le temps
En espérant puiser, de tes apparitions ponctuelles
Des gorgées de bonheur, coulant de source éternelle.
En répondant à cet appel,
De sentiments en lambeaux et d’une confusion sempiternelle,
Tu imposerais l’harmonie et façonnerais une aquarelle.



L’homme vient pour la première fois d’engager une communication avec celle qu’il aime.

Ailleurs, la femme voit apparaître les vers de l’homme.
Elle se sent concernée par cet appel. Elle ne cherche pas à en comprendre l’origine ni l’essence ; seul son but importe.
Elle se sent aimée. Ses émotions s’emballent. Elle l’interprète comme un proche aboutissement, l’émancipation d’un amour jusque là prisonnier de l’imaginaire, cloisonné, ne pouvant pas s’épanouir.
Elle sait que celui qu’elle aime lui a écrit. Son intuition lui impose de ne pas rompre ce lien, aussi inespéré que vital :


Toi à travers tes écrits t’es trouvé la sorte de forceps d’éclosion tardive, d’un brasier bruyant qui broyé brillait car biberonné par la brise.
Flot sensé calligraphié censé qualifier l’assaut nourrit de la sonorité signifiant l’unification, autour du sentiment des cents sentiers qui mentent, l’amour.


L’homme perçoit la réponse. Sa surprise n’a alors d’égal au milieu du magma informe de ses sentiments qu’une bouillante combinaison d’excitation et d’espoir.
Avare d’informations, d’invariants, et de contacts, il s’empresse de répondre :


Tu sais manier et marier les sonorités
Comme Achille pourfend de son épée
Comme Mallarmé des mots pouvait se jouer
Comme Malet des nombres sait disserter
Grande et honorable dompteuse d’ondes,
Permet que ma curiosité te sonde.
Es-tu l’être ébauché au-delà de ce monde
Dans le but de panser mes plaies les plus profondes ?
Ou es-tu un de ces leurres, jalon damné jusqu’à ma tombe
La folie m’a-t-elle gagné ? Les sphères ne sont-elles plus rondes ?



La femme reçoit ces écrits. C’est fantastique et fantasmatique.
Elle s’empresse de répondre :


Des lassos pour des mots délaissés par les maux, des lassés des stylos, enlacés au garrot mais lancés au galop, vers toi mon amour.
Ton expectative versifiée s’exempte d’accent de peur textué.
Espoir légitime de finalité, noir le légiste estime de fines allitérations de son scalpel sciant souillant sans soin si sauvagement la fine chaine sonore.
Ces phases m’autorisent à oser dévisager la zone muselée improbable, le hasard excité, indomptable ; oui, je suis celle que tu aimes.
Etrange, les deux mésanges se mélangent mais l’ange, l’aimante qui les aimante se confond aux confins du fin-fond de l’utopique fonction qu’assurait l’être ébauché au-delà de ce monde.
Je m’attèlerai à sa besogne, besoin de bien-être, pour toi pour qui mes contours fondent.



Ainsi donc, mon fantasme aurait su fusionner
Au tient, nous laissant cet amour à partager.
Hasard, circonstances juxtaposées,
Chance à l’heureux lancé de dés,
Présent prédestiné,
Ou fatalité ?
Peu importe quelle force a unis nos chemins
De poussière d’étoile saupoudrée sur le crin
La nuque de Pégase ne peut scintiller en vain
Et libérant ses photons semés en crachin
Culminent les luxes jusqu’au plus haut point
A polymérisé nos êtres pourtant si lointains
Pour, à la croisée laisser ma flamme à son tour
Déclencher le brasier, féconder l’amour.



Etincelle étant la seule alignée littéralement littérairement, livide illuminant le lit vide longé d’un linceul. Nous, planant, limitrophe de la lithosphère, trophée, literie de la Terre.
Là maintenant ma main tenant mon ample plume, encre l’une, et vide la cartouche, centre l’union car touchant l’un à l’autre tout chants vient et se vautre, veau traité étripé au traiteur, trait de malheur. Aléas, immondices de ce monde, mais alléluia toi et moi cloisonnés ensemble quoique livrés il semble au paradis commun, comme le terrain est démuni pardi : mûres murissant et mémoires magiques me disant « Tous deux, heureux » ; et cela sans cesse chaque centième de seconde de chaque septième de semaine de chaque trente-six mille cinquantième de siècle, soit l’espérance du damné, soit le bon sens du fou, soit le penchant de l’équilibriste.
Glisse toi, aimons-nous en un sublime calligramme composite à orthographe variable du vrai ou du faux, cimenté de la main du rédacteur maçon, soit notre amour.


J’endosserai les rôles de l’hôte et du convive
Deux visages, deux pôles, mais orientation concise
Tendrement et sans vice, tout le temps qu’on y vive,
D’une flèche de lyrisme, le bonheur se ravive
Allons, laissons ces confiseries nous guider
Glanons, celle-ci au fruit de la passion est fourrée
Gageons, que notre parc verdoiera inviolé
Passons, l’arc au triomphe de l’amour érigé.
L……..ir …c……..sine……eï………guh……



Dans l'intimité de leur monde, ils vécurent, toujours, jusqu'à ce qu'amour s'en suive.



//HRP// Bon, voila j'espère que ça a a plu à un maximum de monde, sinon pas grave, ça m'aura donné l'occasion de le remanier ^^

En fait j'avais écrit ça y a 3 ans à peu près, et là je l'ai ressorti pour voir c'que j'y changerais, et en fait j'ai pas modifié grand chose, juste tronqué quelques passages balourds...c'était relou à suivre :/

Et désolé pour le côté nian-nian tout rose ^^ chui pas assez bon l'éviter avec un thème pareil cherry

Edit : merci aux lecteur d'avoir lu au fait ^^\\HRP\\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blueberry Lilly
Aspirant Gardien
avatar

Messages : 2437
Date d'inscription : 10/12/2007
Localisation : dans la salle des pas perdus

MessageSujet: Re: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   Lun 28 Jan - 18:00

Shocked Shocked c'est toi qui a commis cela ??

Ah bravo ! j'en reste sans voix. Alléchée par le chant, enchantée par l'allitération, résolument. Félicitations. :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MohammuseVII
Nourrisson paladin
avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 18/12/2007
Age : 25

MessageSujet: Re: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   Lun 28 Jan - 20:10

Aaaargh le côté gnan-gnan passe complètement inaperçu tellement c'est bien écrit !!! Incroyable, tu as vraiment du talent ! Smile

C'est vraiment toi qui as écrit ça tout seul ? tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir
Lâche Vache
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   Lun 28 Jan - 20:45

Merci à vous pour les compliments Smile, vraiment très heureux que ça plaise xD

Et Oui-Oui c'est moi tout seul, je fais pas dans le vol ou le plagiat ^^


Vous avez plus qu'à me croire sur parole Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blueberry Lilly
Aspirant Gardien
avatar

Messages : 2437
Date d'inscription : 10/12/2007
Localisation : dans la salle des pas perdus

MessageSujet: Re: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   Mar 29 Jan - 15:28

Toi, avec l'aide de Oui-Oui ? Non pardon, je plaisante... félicitations, vraiment. Tu permets que je fasse un copier coller ? Je préfère lire sur du bon vieux papier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir
Lâche Vache
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   Mar 29 Jan - 20:31

Ouais ouais lol chui défenseur du libre ^^

Copiez-collez tant qu'vous voulez ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Histoire]+[Poème] : Playdo mon amour.
» Poème suite à un chagrin d'amour.
» Poème (Ballade)
» [chacha & Betty] Une histoire d'amour (nouvelle fantastique)
» [Vote] Histoire d'amour de type fantastique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beaux :: Hall du Palais :: Jardin-
Sauter vers: